• Palheiro Gardens

    Bienvenue sur l'île de Madère et les jardins de Palheiro

  • View of Palheiro Gardens

    Bienvenue sur l'île de Madère et les jardins de Palheiro

  • IMG 0376
  • IMG 5132
  • IMG 9075

Pigeons "trocaz" (Columba trocaz), espèce endémique rare nichant au Palheiro Estate

Habitant l'île de Madère depuis de longues années, j'ai été pour ainsi dire bercé par l'histoire selon laquelle le pigeon trocaz vivait exclusivement dans les forêts laurisylves du nord de l'île, se nourrissant de baies de laurier ; on disait que lorsqu'ils s'aventuraient hors de leur territoire pour picorer les choux nouvellement plantés, les fermiers, furieux, avaient l'habitude de leur tirer dessus, si bien que la population était en net déclin. Si tout cela est toujours en partie vrai, l'espèce est désormais protégée, et un bon nombre de pigeons trocaz ont été recensés dans certaines zones des forêts de lauriers du sud de l'île. On considère aujourd'hui que la population croît régulièrement.
Rare Endemic pigeons
David Bannerman, dans le second tome de son livre "Oiseaux des îles de l'Atlantique", fait au trocaz les honneurs d'une gravure colorée en frontispice, tout en rappelant combien l'adulte se démarque par son bec rouge, son collier argenté, son poitrail teinté de rose et sa griffe centrale étonnamment longue. (cf photo) Plusieurs spécimens empaillés de ce magnifique oiseau décorent les murs du Musée d'Histoire naturelle de Funchal.

En tant que visiteur régulier des Jardins du Palheiro, j'ai noté au fil des années une augmentation constante de nombre de pigeons trocaz. J'ai d'abord cru qu'ils s'étaient égarés ici, effrayés par les incendies de forêts ou les chasseurs. Mais ils sont désormais bien installés, et Luis Alves, le greenkeeper du Palheiro Golf, estime que plusieurs douzaines d'oiseaux habitent les bois du domaine, s'alimentant autour des lauriers, des chênes verts et autres arbres apparentés. Avec le temps, ils sont devenus de moins en moins farouches, comme cela a pu être le cas lors de la découverte de l'île.
Récemment, un jeune trouvé blessé, incapable de voler, a été mis à l'abri dans une boîte en carton ; sur les conseils des Dr. Frank Zino et Dr. Manuel José Biscoito, conservateur du Musée d'Histoire naturelle, on fit en sorte qu'il soit recueilli par João Silva, gardien des collections du Musée. L'oiseau a fort bien réagi au traitement : il est aujourd'hui capable de se nourrir seul, et s'efforce de réapprendre à voler - non sans quelques tâtonnements... Nous espérons qu'il pourra un jour rejoindre ses camarades de volée dans la réserve de Palheiro. J'ai appris que c'était le second cas de ce genre : l'an dernier, un autre oisillon, tombé de son nid, a été remis d'aplomb par João Silva, qui n'a pas hésité à le nourrir à la main pour lui permettre de retourner vivre dans son habitat naturel.

Dans les Jardins du Palheiro, on croise parfois les trocaz sur les pelouses, ou en train de boire à l'eau des mares. J'ai dernièrement eu l'occasion de suivre de près une parade de séduction : agitant sa queue comme un éventail, le mâle s'est mis à tournoyer et à gesticuler sous le nez de deux femelles pleines d'admiration. En fin d'après-midi, on peut les apercevoir en vol en direction de Ribeiro do Inferno, non loin d'ici. Je suppose qu'ils vont y faire leurs nids, notamment dans les renfoncements et sur les rebords de la falaise, au-dessus de la source, à moins que ce ne soit dans le feuillage des lauriers. Les visiteurs des Jardins s'aventurent trop rarement dans cette zone sauvage qui recèle nombre des arbres endémiques de Madère.

Richard Pell

  • Stay and Play

    Golf & Spa Breaks from €160

    Escape & Unwind at Palheiro Nature Estate

    BOOK NOW

  • BOOK DIRECT

    Book directly now & enjoy a 10% discount

    BOOK NOW

  • SPECIAL OFFER

    Escape & Unwind at Palheiro Spa

    Click to view our special summer treatments

    View